Dans un entretien accordé au Monde, François Hollande a affirmé que le refus britannique de participer à une action militaire en Syrie ne changeait rien à la position française. Le chef de l’État reste déterminé à agir après le “massacre chimique”.