Conformément à la Constitution française, le président de la République est le chef des Armées. En tant que tel, ce dernier a le pouvoir d’intervenir en Syrie sans solliciter le consentement des parlementaires français.