Dans un entretien au journal “Le Monde”, la ministre de la Justice estime que retarder l’examen de sa réforme pénale au Parlement en raison des élections municipales de 2014 serait “une faute éthique et une erreur politique”.