Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, qui a attribué au régime du président Bachar al-Assad le bombardement à l’arme chimique commis le 21 août, a assuré que l’acte “irréparable”, ne resterait pas “sans réponse” de la France.