Alors que François Hollande a affiché mardi sa détermination à ne pas laisser le régime syrien impuni face à l’utilisation d’armes chimiques, la classe politique française reste divisée sur la nécessité d’un vote au Parlement.