Au cours du débat parlementaire sur une intervention militaire française en Syrie, le président de l’UMP, principal groupe d’opposition à l’Assemblée nationale, a exprimé son refus à une “riposte” contre Bachar al-Assad, hors du cadre de l’ONU.