Les deux règlements de comptes meurtriers qui ont eu lieu jeudi dans la région de Marseille suscitent l’indignation au sein de la classe politique. Mais ce n’est pas tant le nombre d’homicides que les méthodes qui inquiètent les spécialistes.