Lors d’une conférence de presse franco-britannique consacrée à l’enquête sur la tuerie de Chevaline, survenue il y a un an, le procureur d’Annecy a évoqué vendredi la piste de l’espionnage industriel et du transfert de technologies.