Selon certains politologues, les propos de François Fillon – suggérant que le FN peut être “moins sectaire” que le PS – ne relève pas d’un revirement idéologique profond mais d’un “réajustement” électoral en vue de 2017.