Le Premier ministre a finalement tranché : les professions de foi des candidats aux européennes ne seront pas envoyées par Internet, comme l’avait proposé Manuel Valls en vue de faire des économies. Un projet qui a suscité des remous.