Des chercheurs ont identifié chez le poisson et la souris des centaines de gènes actifs après la mort, même au bout de plusieurs jours. Des travaux qui montrent que la machinerie cellulaire ne s’arrête pas brutalement après le décès, et même que certains gènes sont activés.