Les députés ont rejeté l’instauration, à titre expérimental, de récépissés lors de contrôles d’identité. L’outil, jugent ses défenseurs, est pourtant un moyen de lutter efficacement contre le “délit de faciès”.