Près de huit mois après les attentats du 13 novembre, une commission d’enquête parlementaire conclut qu’il n’y a pas eu de “gros raté” dans la gestion des attaques en elles-mêmes, mais que celles-ci traduisent un “échec global du renseignement”.