Des chercheurs s’appuient sur des algorithmes d’apprentissage automatique pour détecter les anomalies sonores des personnes malades.