Le tribunal administratif de Nîmes a jugé que l’État était en partie responsable de la mort du soldat Abel Chennouf, tué par Mohamed Merah à Montauban le 15 mars 2012, en raison de la décision de supprimer la surveillance de Merah.