Dans une lettre anonyme, des membres du GIGN reprochent à leur chef de ne pas avoir engagé ses hommes au Bataclan le 13 novembre 2015. La commission d’enquête parlementaire a, elle, estimé, qu’il n’était “pas nécessaire” de les solliciter.