Depuis 2014, Nice est considérée comme un important foyer jihadiste dans l’Hexagone. Les forces de l’ordre de la cinquième ville de France font face à l’augmentation du nombre de radicalisés, malgré une politique ultra-sécuritaire.