Deux jours après l’attentat qui a fait 84 morts le 14-Juillet à Nice, le groupe État islamique a revendiqué l’attaque. Le ministre français de la Défense estime qu’un “esprit fragilisé” peut “intégrer un appel au meurtre”.