Une réquisition judiciaire a été expédiée au centre de supervision de Nice pour que la vidéosurveillance inhérente à l’attentat soit effacée. En pleine polémique sur le dispositif sécuritaire le soir du 14 juillet, la ville a opposé son refus.