Quinze ans après le 11-Septembre, 66 % des Français, selon un sondage, sont persuadés que des informations liées aux attentats de 2001 ont été dissimulées. Les plus jeunes et les moins diplômés semblent plus sensibles à ces thèses complotistes.