François Hollande a reconnu solennellement, dimanche, la responsabilité française dans “l’abandon” des harkis, ces dizaines de milliers d’Algériens ayant combattu aux côtés des forces françaises lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie.