Le tabagisme a un impact à long terme sur le génome, à cause de méthylations de l’ADN. Sept mille gènes seraient ainsi modifiés chez les fumeurs, soit un tiers des gènes humains, et certaines méthylations persistent même après l’arrêt de la cigarette.