Après les révélations de son ex-conseiller, Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi qu’il ne se laisserait “pas impressionner par la moindre manœuvre, aussi grossière soit-elle”, ni par “la bassesse, la calomnie et la trahison”.