La maladie de Parkinson est associée à des défauts des mitochondries. Or, une réponse immunitaire trouvant son origine dans l’intestin pourrait empêcher le développement de la maladie, grâce au contrôle que le système immunitaire exerce sur les mitochondries.