Dans une lettre envoyée jeudi au Conseil supérieur de la magistrature, le chef de l’État français a présenté ses excuses. Il y déclare “regretter profondément” ses propos sur la “lâcheté” du système judiciaire français.