Il y a les accros au fromage et ceux qui ne supportent pas son odeur. Des chercheurs du CNRS ont décrypté les processus cérébraux qui expliqueraient pourquoi certaines personnes détestent tant le fromage.