Le gouvernement français a décidé de fermer les cinq “unités dédiées” instaurées en janvier pour “réhabiliter” les détenus les plus “radicalisés”. Les 300 profils les “plus durs” seront dorénavant soumis à un régime de détention plus sévère.