Une nouvelle étude clarifie les conditions dans lesquelles le VIH est entré aux États-Unis. Ses conclusions discréditent le mythe selon lequel un seul homme, le « patient zéro », a causé l’épidémie de Sida en Amérique du Nord.