Intransigeante, la diplomatie française a empêché la signature d’un accord lors des négociations sur le nucléaire iranien à Genève, le 9 novembre. Une position tranchée qui suscite, selon les camps, autant de critiques que de louanges.