Trois ans après la mort des deux journalistes de RFI, abattus dans le nord du Mali le 2 novembre 2013, l’enquête progresse lentement. Pour France 24, leur ex-collègue Christophe Boisbouvier revient sur les zones d’ombre qui entourent l’enquête.