Les enquêteurs chargés d’appréhender le “tireur fou” ont entamé mardi l’analyse de l’ADN du suspect, qui pourrait être présent dans la voiture l’ayant transporté et sur les cartouches qu’il a tirées.