Très présents en Iran avant le durcissement de l’embargo, les constructeurs automobiles français rêvent de réinvestir le marché iranien avec l’allègement programmé des sanctions. Mais ils pourraient être doublés par les marques américaines.