Contrairement aux femmes politiques, peu de députés ont fait entendre leurs voix sur le projet de loi sur la prostitution, discuté vendredi à l’Assemblée. Les hommes de l’Hémicycle seraient-ils mal à l’aise avec les questions de sexualité tarifée ?