L’auteur présumé des tirs qui ont semé la panique à Paris le 18 novembre avait été condamné en janvier 2013 par la justice britannique au port du bracelet électronique pour “coups et blessures” contre sa compagne, révèle le quotidien “Libération”.