L’autorisation accordée au juge français Marc Trévidic d’autopsier les têtes des sept moines assassinés en 1996 constitue une avancée pour l’avocat des familles des victimes. Mais certaines réticences d’Alger entravent toujours l’enquête.