Des chercheurs de Harvard ont mis au point une machine qui permet d’étudier les effets de la fumée de cigarette sur les cellules. Une puce modélise un poumon artificiel grâce à un microcanal recouvert d’un épithélium de cellules pulmonaires.