Un an après les attentats du 13 novembre 2015, les familles évacuées de l’immeuble de Saint-Denis, où s’étaient réfugiés Abdelhamid Abaoud et ses complices, n’ont jamais pu réintégrer leur logement et récupérer leurs biens. Elles se sentent oubliées.