Des écureuils vivant sur une île britannique portent la bactérie Mycobacterium leprae, proche de celle qui a causé les épidémies de lèpre en Europe au Moyen Âge. L’animal pourrait donc être un réservoir pour cette maladie.