Quatre mois après la mort d’Adama Traoré, la situation est toujours aussi tendue à Beaumont-sur-Oise, en région parisienne. En cause : de nombreuses zones d’ombre et des rebondissements qui font craindre une flambée de violences.