Des chercheurs ont trouvé des traces d’ADN mitochondrial provenant du parasite Plasmodium, responsable du paludisme, sur des squelettes datant de la Rome antique. La maladie transmise par des moustiques est toujours un fléau dans le monde, 2.000 ans plus tard.