Accusée de négligence dans l’arbitrage de l’affaire Tapie, la patronne du FMI Christine Lagarde s’est défendue en admettant seulement avoir été peut-être “abusée”, pointant du doigt l’administration de Bercy et son ancien directeur de cabinet.