Des chercheurs suggèrent que les virus ont évolué de façon à toucher les hommes plus sévèrement que les femmes. Elles seraient épargnées car elles transmettent plus souvent des virus, lors d’une grossesse ou de l’allaitement.