L’interpellation de personnalités dans ce qui est présenté par Madrid et Paris comme une opération franco-espagnole contre l’organisation séparatiste basque ETA provoque un imbroglio.