La tribune du chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, plaidant pour une revalorisation rapide du budget de la Défense a relancé le débat sur les moyens de l’armée française, quelques mois avant l’élection présidentielle.