La grâce présidentielle et la libération de Jacqueline Sauvage ont provoqué une levée de boucliers chez les magistrats, qui dénoncent une incursion du pouvoir politique dans un dossier plus complexe qu’il n’en a l’air.