La justice française a écarté définitivement mardi la qualification terroriste de l’affaire de Tarnac, l’enquête sur un groupuscule d’ultra-gauche accusé d’avoir saboté des lignes de la SNCF en 2008.