On le dit saturé, mal organisé, inadapté. Depuis plusieurs semaines, le centre humanitaire de La Chapelle, destiné à l’accueil des migrants, est sous le feu des critiques. À tort, se défend la Ville de Paris qui parle, elle, de “réussite”.