Une étude danoise suggère qu’un tiers des tumeurs diagnostiquées par mammographie correspondent à des surdiagnostics car elles n’auraient pas conduit à des problèmes de santé. Le débat sur le dépistage généralisé par mammographie est donc relancé.