Des chercheurs américains pensent qu’il est possible de manipuler le processus de cicatrisation pour éviter de laisser des marques sur la peau. L’astuce consisterait à générer des follicules pileux, qui induisent la formation de cellules de graisse : la peau ressemblerait alors à celle d’origine.