Elle devait rassembler et créer une dynamique. Mais entre la polémique sur les résultats du premier tour et les attaques de Manuel Valls à l’encontre de Benoît Hamon, la primaire de la gauche semble se retourner contre le Parti socialiste.